Sur cet espace, je poste régulièrement le descriptif et les images de nos dernières randonnées, et une annonce (autant que possible) des futures escapades montagnardes. Merci de me contacter si tu es intéressé par une sortie.

notre randonnée en raquettes le 13 mars 2016 au Semnoz, avec Joséphine, Noémie, June, Thomas et Pierre-François.

Un beau départ de Genas, avec 1h40 de route, pour arriver à ce splendide et long plateau savoyard qu’est le massif du Semnoz, à 1700m d’altitude, où de la belle neige toute vierge s’offrait à nos pas de raquetteurs. Si le temps avait été plus dégagé, nous aurions pu voir les lacs d’Annecy et du Bourget, de part et d’autre. On a quand même aperçu le haut sommet de la Tournette et deviné en fond le massif du Mont Blanc… Une belle journée, malgré la grisaille matinale et le brouillard de midi. Au total, 7.3 kms de marche et 320 m de dénivelée. Comme je le dis souvent : il y a des moments en montagne où l’on fait vraiment une expérience quasi-spirituelle de solitude ou d’abandon, quand on est pris dans un brouillard épais. Puis, lorsqu’il repart, la vue revient, et parfois avec un beau soleil, et là, c’est l’expérience de la sécurité retouvée. Mais le temps paraît long quand on est privé de la lumière ! Méditons cela dans les moments de nos vies où l’on ne voit plus que le sombre et que la lumière semble nous avoir abandonés.

 

notre randonnée en raquettes le 10 mars 2013 à la Croix de l’Alpe, avec Flavie, Amandine, Agathe, Clémence, Marie, Marine, Antoine, Aurélien, Jérôme et Pierre-François.

Le départ se fait à 3 kms de Saint-Pierre d’Entremont en Chartreuse, sur un petit parking. Le beau temps est annoncé, malgré les fortes intempéries des jours précédents. Un raidillon en forêt attaque dur dès le départ, et fait place à un beau chemin forestier en pente douce. Ensuite, c’est du sérieux : 350 m de dénivellée dans la forêt nous mènent au vallon de Pratcel, un beau jardin (à voir l’été !) où l’on se repose bien, et on reprend des forces avant la montée finale qui nous mène à la Croix de l’Alpe. Au total, ce sont 770 m de dénivelée et 12,3 kms aller-retour, tout à fait faisables sur une petite journée (difficulté : 4/10). Petit bémol : la descente par le pas de l’Echelle est risquée, surtout quand la neige part sous nos pieds, ce qui arrive à cette saison. Il faut être prudent, et assurer une bonne distance entre les personnes !

La trace, ses caractéristiques et mes commentaires ont été postés sur www.visugpx.com : n’hésite pas à consulter ce document.

 

notre randonnée du 23 août 2012 dans les Cerces. Il s’agit d’une randonnée un peu plus difficile (7/10), car longue (25 kms), même si elle ne présente qu’un dénivelé positif de 1350 m. Compter un bon 9 heures, et de belles pauses photos, car c’est splendide. Juillet, août et début septembre seulement.

notre randonnée du 14 juin 2012 dans les Ecrins, au vallon de Lanchâtra. Il s’agit d’une randonnée de difficulté moyenne (5/10), présentant un dénivelé positif de 1200 m et une longueur de 21,6 kms. Un peu plus qu’une ballade, mais qui se fait tranquillement sur 8 heures, sans partir trop tôt. Juillet, août et septembre de préférence.

notre randonnée du 16 octobre 2011 dans le Vercors, au Grand Veymont, avec Aude et Karim.

Il s’agit d’une randonnée assez difficile, avec 1200 m de dénivelée, 10 kms aller-retour, et donc une pente moyenne soutenue (difficulté 6/10). Mais la variété et la beauté des paysages sont fantastiques à cet endroit charmeur du Vercors. On part d’un petit village, Gresse-en-Vercors, sur un sentier bien tranquille, en sous-bois clairs, puis on attaque des lacets de pente plus consistante jusqu’à l’étage sub-alpin. Là, on peut continuer sur d’immenses pierriers difficiles, ou contourner par des chemins plus tranquilles, jusqu’au « pas de la ville », qui est un col débouchant sur l’immense plaine des Hauts Plateaux du Vercors, côté arride menant au col du Rousset et sur le Diois. Là, peut souvent voir de très près des chamois, et parfois des bouquetins. La ballade continue ensuite en remontant sur la gauche des chemins caillouteux, puis en affrontant le ressaut qui débouchera sur l’utime série d’interminables crêtes arrivant enfin au sommet du Vercors : le Grand Veymont (2341 m), avec une vue spendide sur le Mont Aiguille, l’Obiou, et une grande partie des Alpes alentour. Bref, une superbe randonnée, à pratiquer si possible quand la neige a totalement fondu (de juin à début novembre, selon les années). Attention en hiver : éviter les zones avalencheuses (car il y en a), mais cela reste faisable ! Un joli parcours, sportif, qui se fait tranquillement sur 6 heures (mon record : 3h45 en octobre 2007), sans partir trop tôt.

 

Que la montagne est belle (on connaît la chanson), mais qu’il est bon de dire qu’elle réjouit aussi notre coeur !