2014 en toute simplicité

Je suis convaincu que chacun d’entre nous est porteur de questions et d’attentes fondamentales dont les réponses et la satisfaction nous seront données si nous revenons à plus de simplicité.

Le monde est devenu trop compliqué, trop exigeant. Et nous aussi. Nous nous sommes habitués à vouloir toujours plus, sans même nous demander pourquoi, oubliant trop souvent la misère et la grande pauvreté qui touchent deux milliards d’êtres humains.

Même la foi a souvent été présentée ou comprise comme compliquée, alors que l’Évangile est destiné à tous, en commençant par les cœurs simples et accueillants, que Jésus appelle « pauvres en esprit ». Il est bon de se le rappeler, à l’heure où le Pape François veut nous ramener à l’essentiel. Et je me dis qu’en écoutant ce Pape qui a la « jeunesse de la sainteté », beaucoup, assoiffés de (re)connaître le visage de Dieu vont (re)trouver un chemin de vie, un parfum de simplicité, qui conduisent à l’expérience de la joie, au sein même des épreuves de ce temps. Ce temps qui est appelé à renaître !

Car, le grand risque du monde d’aujourd’hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée. Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n’y a plus de place pour les autres, les pauvres n’entrent plus, on n’écoute plus la Parole de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l’enthousiasme à faire le bien ne palpite plus. Même les croyants courent ce risque, certain et permanent. Beaucoup y succombent et se transforment en personnes vexées, mécontentes, sans vie évangélique.

Cet Évangile est une invitation lancée par Dieu pour nous rendre pleinement heureux, pas superficiellement. La foi qu’il suscite n’est pas d’abord un système de valeurs, de convictions, un programme pré-établi ou une morale : c’est une rencontre avec le Christ et une espérance. Dieu est une Personne qui libère, qui donne à la vie un nouvel horizon, et par là son orientation décisive. La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus et se laissent sauver par lui de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement, du manque d’amour.

Avec Lui, la joie naît et renaît toujours. Quand quelqu’un fait un petit pas vers Lui, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. C’est le moment pour dire : « Seigneur, je me suis laissé tromper, abîmer, de mille manières j’ai fui ton amour. J’ai besoin de toi, accepte-moi entre tes bras rédempteurs ». Cela nous fait tant de bien de revenir à lui quand nous nous sommes perdus ! Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c’est nous qui nous fatiguons de demander sa miséricorde.

Nous parviendrons à être pleinement humains quand nous serons plus qu’humains, quand nous permettrons à Dieu de nous conduire au-delà de nous-mêmes, jusqu’à notre être le plus vrai. Ce qui est d’abord une expérience personnelle doit s’étendre au monde entier, qui ne trouvera certainement la paix que lorsqu’il rencontrera la Miséricorde de Dieu. Mais, nous gaspillons trop souvent notre vie, notre énergie, nos ressources, à courir après l’inutile, le factice, l’éphémère. Alors, si nous devenons plus simples, le monde le deviendra aussi, à terme !

Certes, tout ne dépend pas de nous, et une grande part de la marche de la planète échappe à notre pouvoir de décision. Nous n’avons prise que sur un petit nombre de choses et un petit bout d’espace. Nous ne côtoyons et ne pouvons aimer réellement durant notre vie qu’un petit nombre de gens. Cet amour n’est pas coté sur les marchés financiers, mais c’est lui qui soutient le monde, et il ne s’écroulera pas ! Et cela est suffisant pour changer beaucoup de choses : à chacun de discerner ce qu’il doit modifier en lui et autour de lui.

Alors n’oublions pas d’aimer, de partager, davantage, jusqu’au bout, tout simplement, comme le Christ nous l’a montré. Recherchons la justice et le vrai bien de tous : le reste nous sera donné par surcroît… Courage !

M.V.

Ecrire un commentaire

  • Parcours du site

  • Archives

  • Commentaires

  • Copyright © 2011-2015 Martial Versaux.
    Jarrah theme provenant de Templates Next | Fourni par WordPress, libre adaptation de Martial Versaux

    2014 en toute simplicité

    Je suis convaincu que chacun d’entre nous est porteur de questions et d’attentes fondamentales dont les réponses et la satisfaction nous seront données si nous revenons à plus de simplicité.

    Le monde est devenu trop compliqué, trop exigeant. Et nous aussi. Nous nous sommes habitués à vouloir toujours plus, sans même nous demander pourquoi, oubliant trop souvent la misère et la grande pauvreté qui touchent deux milliards d’êtres humains.

    Même la foi a souvent été présentée ou comprise comme compliquée, alors que l’Évangile est destiné à tous, en commençant par les cœurs simples et accueillants, que Jésus appelle « pauvres en esprit ». Il est bon de se le rappeler, à l’heure où le Pape François veut nous ramener à l’essentiel. Et je me dis qu’en écoutant ce Pape qui a la « jeunesse de la sainteté », beaucoup, assoiffés de (re)connaître le visage de Dieu vont (re)trouver un chemin de vie, un parfum de simplicité, qui conduisent à l’expérience de la joie, au sein même des épreuves de ce temps. Ce temps qui est appelé à renaître !

    Car, le grand risque du monde d’aujourd’hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée. Quand la vie intérieure se ferme sur ses propres intérêts, il n’y a plus de place pour les autres, les pauvres n’entrent plus, on n’écoute plus la Parole de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, l’enthousiasme à faire le bien ne palpite plus. Même les croyants courent ce risque, certain et permanent. Beaucoup y succombent et se transforment en personnes vexées, mécontentes, sans vie évangélique.

    Cet Évangile est une invitation lancée par Dieu pour nous rendre pleinement heureux, pas superficiellement. La foi qu’il suscite n’est pas d’abord un système de valeurs, de convictions, un programme pré-établi ou une morale : c’est une rencontre avec le Christ et une espérance. Dieu est une Personne qui libère, qui donne à la vie un nouvel horizon, et par là son orientation décisive. La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus et se laissent sauver par lui de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement, du manque d’amour.

    Avec Lui, la joie naît et renaît toujours. Quand quelqu’un fait un petit pas vers Lui, il découvre que celui-ci attendait déjà sa venue à bras ouverts. C’est le moment pour dire : « Seigneur, je me suis laissé tromper, abîmer, de mille manières j’ai fui ton amour. J’ai besoin de toi, accepte-moi entre tes bras rédempteurs ». Cela nous fait tant de bien de revenir à lui quand nous nous sommes perdus ! Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c’est nous qui nous fatiguons de demander sa miséricorde.

    Nous parviendrons à être pleinement humains quand nous serons plus qu’humains, quand nous permettrons à Dieu de nous conduire au-delà de nous-mêmes, jusqu’à notre être le plus vrai. Ce qui est d’abord une expérience personnelle doit s’étendre au monde entier, qui ne trouvera certainement la paix que lorsqu’il rencontrera la Miséricorde de Dieu. Mais, nous gaspillons trop souvent notre vie, notre énergie, nos ressources, à courir après l’inutile, le factice, l’éphémère. Alors, si nous devenons plus simples, le monde le deviendra aussi, à terme !

    Certes, tout ne dépend pas de nous, et une grande part de la marche de la planète échappe à notre pouvoir de décision. Nous n’avons prise que sur un petit nombre de choses et un petit bout d’espace. Nous ne côtoyons et ne pouvons aimer réellement durant notre vie qu’un petit nombre de gens. Cet amour n’est pas coté sur les marchés financiers, mais c’est lui qui soutient le monde, et il ne s’écroulera pas ! Et cela est suffisant pour changer beaucoup de choses : à chacun de discerner ce qu’il doit modifier en lui et autour de lui.

    Alors n’oublions pas d’aimer, de partager, davantage, jusqu’au bout, tout simplement, comme le Christ nous l’a montré. Recherchons la justice et le vrai bien de tous : le reste nous sera donné par surcroît… Courage !

    M.V.

    Ecrire un commentaire

    RSS feed for this post (comments)